01_GRYMONPREZphoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

01 – Camille et Nicolas Grymonprez, éleveurs et fromagers, Seine-et-Marne

4 mn 49, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, octobre 2018.

À la Biennale du Paysage, nommée Le goût du paysage par son commissaire Alexandre Chemetoff, et réalisée par Arnauld Duboys Fresney et Antoine de Roux à l’École nationale supérieure de Paysage de Versailles, du 3 mai au 13 juillet 2019, sont exposés 25 paysans producteurs d’Île-de-France. Chacun a son stand, avec un reportage photo, des cartes, un film, des textes, des objets. Ils ont été choisis pour qu’ensemble, ils expriment une diversité de production, de taille de domaine, de techniques, de convictions, et fournissent un repas complet : pain, vin, fromages, épices, huile, légumes, fruits, viandes, produits transformés…
Camille et Nicolas Grymonprez sont un jeune couple qui élève des vaches laitières et fabrique des fromages authentiques d’Île-de-France, en particulier des bries et des coulommiers. 100 hectares en agriculture et élevage Bio, à la Ferme Sainte Colombe. Nicolas vient d’une famille d’agriculteurs/éleveurs, et Camille était éducatrice pour des handicapés mentaux.

02_OUDARDchristophePhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

02 – Elodie et Christophe Oudard, producteurs de fruits, les Vergers de Molien, Ussy-Sur-Marne, Seine-et-Marne

4 mn 29, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, novembre 2018.

Elodie et Christophe Oudard sont arboriculteurs et produisent principalement des fruits – pommes, poires, cerises -, aux Vergers de Molien, sur leur exploitation de 32 hectares, avec le père de Christophe. Elodie, elle, vient aussi d’une famille d’agriculteurs et a fait des études de sciences et de protection de la nature. Ils vendent essentiellement en Île-de-France ou dans leur boutique.

03_COURTOIShervePhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

03 – Hervé Courtois, éleveur de cochons, Obsonville, Seine-et-Marne

4 mn 49, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, décembre 2018.

Hervé Courtois est céréalier, mais surtout éleveur de cochons. Sur 74 hectares, il cultive en raisonné son blé, ses betteraves, son colza, avec lesquels il nourrit ses animaux. La paille leur sert de litière.  Et leur fumier sert d’amendement dans les champs. Il fait aussi transformer sa production en terrines ou charcuterie pour de la vente en local.

04_COUPINemmanuelPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

04 – Emmanuel Coupin, pisciculteur, Villette, Yvelines

4 mn 40, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, novembre 2018.

Né dans une pisciculture, après une première carrière d’ingénieur biologiste dans le traitement des eaux, il y a une quinzaine d’années, Emmanuel Coupin est devenu pisciculteur à Villette, en Yvelines. Il y élève plusieurs espèces de truites, des saumons de fontaine et des esturgeons, qu’il transforme ensuite en fumaison ou en conserve. Il produit comme en Bio, mais refuse le coût de la certification.

05_MORICEphilippePhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

05 – Philippe et Fabien Morice, maraîchers, Avrainville, Essonne

4 mn 40, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, février 2019.

Philippe et son fils Fabien Morice sont maraîchers à Avrainville, en Essonne. Philippe, le père, cultive ses 11 hectares de maraîchage en raisonné (radis, des carottes, céleris, pommes de terre, des poivrons, herbes, salades, tomates, etc.), mais Fabien va reprendre l’exploitation en Bio, ce qui prendra 3 ans. Philippe vend exclusivement sur les marchés parisiens les samedis et dimanches.

06_BOURGOINjeanmichelPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

06 – Jean-Michel Bourgoin, Patrice Bersac, viticulture, Melz-sur-Seine, Seine-et-Marne

4 mn 11, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, novembre 2018.

Jean-Michel Bourgoin vient de commencer l’exploitation d’une vigne à Melz-sur-Seine, en Seine-et-Marne. Il se fait conseiller par Patrice Bersac, œnologue et spécialiste des vignes en Île-de-France, et projette de récolter ses premières cuvées dans deux ans. La terre d’île-de-France a été réputée pendant des siècles pour la qualité de son raisin, avant que la ville ne détruise toutes les parcelles.

07_MARBOTlaurentPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

07 – Laurent Marbot, maraîchage Bio, Boissy-sous-Saint-Yon, Essonne

4 mn 45, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, novembre 2018.

Laurent Marbot, président du Groupement d’agriculteurs Bio, cultive depuis plusieurs années en maraîchage Bio à Boissy-Sous-Saint-Yon, en Essonne, sur une terre qu’il partage avec un ami. Il accueille souvent des « couvées » comme Anaïs Droit, qui travaille encore avec lui, et il a le projet de créer une très importante exploitation associative Bio à Brétigny-sur-Orge, avec Anaïs et d’autres exploitants.

08_DUVALstephanePhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

08 – Stéphane Duval, production d’huiles, Avernes, Val d’Oise

4 mn 26, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, décembre 2018.

Stéphane Duval, après un BTS agricole, a repris, à la demande de son père, la ferme familiale, à Avernes, dans le Val d’Oise. Il est céréalier et produit sur 185 hectares les graines qui vont lui permettre de faire de l’huile : du colza, du tournesol, du sésame et de la cameline, qu’il va ensuite transformer et presser lui-même. La diversité du sol et le local sont ce qui caractérise son activité.

09_HEURTAUTalixPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

09 – Alix Heurtaut, céréalière, Villeneuve-sur-Auvers, Essonne

4 mn 21, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, juillet 2018.

Issue d’une famille d’agriculteurs, Alix Heurtaut est une jeune femme de moins de trente ans, qui exploite près de 150 hectares, sur lesquelles elle cultive des céréales, en particulier du colza, des betteraves et du blé, qu’elle vend à des moulins pour en faire de la farine. Elle gère seule sa ferme et ses outils, et la conduite d’une moissonneuse ou d’un tracteur est son quotidien.

10_FOUCHEvincentPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

10 – Vincent Fouché, meunier, la Ferté-Alais, Essonne

4 mn 43, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, novembre 2018.

Vincent Fouché est la sixième génération d’une famille de meuniers. Il est installé dans son moulin de la fin du XVIII ème siècle, à la Ferté Alais. Il se fournit en céréales d’Île-de-France et fabrique plusieurs sortes de farines, après de nombreux tests dans son laboratoire. De quoi faire des dizaines de millions de baguettes. Son projet actuel est la Baguette de l’Essonne, faite exclusivement avec de la farine locale.

11_VALOISpascalPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

11 – Pascal Valois et Jérémie Bosselut, apiculteurs, la Ferme des Clos, Bonnelles, Yvelines

4 mn 30, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, octobre 2018.

Pascal Valois a vécu enfant à la Ferme des Clos. Devenu ingénieur agronome, il est celui qui a pu racheter la Ferme en 2016 et en faire une association de producteurs divers, associés et solidaires. Il est lui-même apiculteur, avec son associé Jérémie Bosselut, et produit plusieurs sortes de miels, vendus principalement à la ferme et en AMAP.

12_LASKOWSKIjohannPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

12 – Johann Laskowski, Houblonnier, la Ferme des Clos, Bonnelles, Yvelines

4 mn 15, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, octobre 2018.

Johann Laskowski, paysagiste et professeur, est en train de se convertir à la culture du houblon. Le choix de sa conversion et de venir à la ferme des Clos est le résultat d’une prise de conscience sociale et politique. Il faut évoluer, s’associer, apprendre et s’adapter, produire et vendre local. On pourra boire sa bière en 2020.

13_LAGRUEvincentPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

13 – Vincent Lagrue, arboriculteur, la Ferme des Clos, Bonnelles, Yvelines

4 mn 36, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, octobre 2018.

Vincent Lagrue est ingénieur paysagiste, et petit à petit, l’idée lui est venu de cultiver le paysage et de le rendre comestible. Il entre comme associé à la Ferme des Clos et se lance dans l’arboriculture et les arbres fruitiers. Le regroupement de producteurs est pour lui une structure modèle qui permet de mutualiser les machines, de s’entraider, d’apprendre et de progresser.

14_ANCELINromualdPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

14 – Romuald Ancelin, maraîchage Bio, la Ferme des Clos, Bonnelles, Yvelines

4 mn 23, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, octobre 2018.

Romuald Ancelin est un ingénieur en reconversion. Il est devenu exploitant agricole en maraîchage en 2015 en s’associant à la Ferme des Clos, et  a choisi le Bio et le local, avec la vente en AMAP. Il se rend compte soudain que son nouveau « bureau », sa terre maraîchère, qui produit tomates, aubergines, melon, basilic, navets, betteraves, radis, etc., a une dimension qui donne enfin du sens à sa vie.

15_HUSSONaudrenPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

15 – Audren Husson, Benoit Vandon, polyculture Bio, Egligny, Seine-et-Marne

4 mn 31, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, mars 2019.

Audren Husson, issue d’une famille qui possède les lieux – dont l’abbaye de Preuilly – depuis près de 200 ans, a l’immense responsabilité d’en reprendre l’activité agricole. Elle se fait conseiller par Benoit Vandon, le responsable des cultures. Sur 450 hectares en reconversion Bio, ils produisent du blé, de l’orge, des betteraves sucrières, du maïs, du colza, des lentilles… et puis des fruits, des légumes.

16_MOIOLIangelPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

16 – Angel Moïoli, champignonniste, Evecquemont, Yvelines

4 mn 23, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, décembre 2018.

Angel Moïoli est issu d’une famille de champignonniste, depuis son grand-père. Il cultive, au fond de sa grotte, dans sa carrière dont il est propriétaire, sur un hectare entièrement recouvert, ses champignons : des champignons de Paris, des pleurotes, des shitakes… Il est Bio pour tous ses champignons sauf pour le champignon de Paris, qui va le devenir.

17_BESNARDsophiePhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

17 – Sophie Besnard, avicultrice, La ferme Bio du Plateau Briard, Val-de-Marne

4 mn 38, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, novembre 2018.

Ayant travaillé dans l’industrie pharmaceutique pendant plus de 30 ans, Sophie Besnard, dont les grands-parents étaient agriculteurs en Bretagne, a choisi de se reconvertir dans l’élevage de poules. Elle loue ses 5 hectares de terrain, qu’elle a dû aménager jusqu’à y amener l’électricité, et y élève 7000 volailles en Bio.

18_SANCEAUericPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

18 – Éric Sanceau, éleveur, La ferme de la Petite Hogue, Yvelines

4 mn 33, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, novembre 2018.

Éric Sanceau, après quelques années d’études de droit, et une carrière sportive dans l’équitation, s’est reconvertit dans l’élevage. Il élève des bovins et des poules de Houdan sur les 180 hectares de sa ferme La Petite Hogue, sur lesquels il a replanté près de 150.000 arbres.

19_BOSCBIERNEalainPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

19 – Alain Bosc-Bierne, mélisse, menthe poivrée, Essonne

4 mn 42, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, novembre 2018.

Après un accident de son père qui gérait l’exploitation, Alain Bosc-Bierne, qui avait alors 17 ans, a repris la ferme familiale et ses dix hectares pour sauver sa famille du naufrage. Il s’est spécialisé dans les plantes médicinales et en particulier la menthe poivrée, dont il est un des producteurs les plus reconnus.

20_DEGANAYvalentinePhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

20 – Valentine de Ganay, Bruno Saillet, polyculture Bio, Courances, Essonne

4 mn 44, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, septembre 2018.

Situé entre Courances et Fleury, le domaine agricole de Courances, qui appartient à la famille de Ganay, s’étend sur près de 2000 hectares, répartis entre 1000 hectares de forêts et 1000 hectares de terres arables. Valentine de Ganay, conseillée par Bruno Saillet, ingénieur agronome, en exploite 500, en reconversion Bio.

21_BARBERONsergePhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

21 – Serge et Ghislaine Barberon, cressiculteurs, Essonne

4 mn 33, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, juin 2018.

Serge Barberon, ancien boulanger, est cressicuteur depuis 50 ans. Il a repris la ferme de ses parents, et y travaille aujourd’hui, en Bio, sur un hectare arrosé par la Juine, avec sa femme Ghislaine, et ses deux fils Orian et Gatien. Son cresson est vendu à la fois frais et transformé dans le laboratoire tenu par Ghislaine et son fils Gatien (soupes, purées, pâtés végétal, fricassées, …), en Amap et en local.

22_BERRURIERlaurentPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

22 – Laurent Berrurier, maraîchage, « les légumes oubliés », Val-d’Oise

4 mn 39, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, octobre 2018.

Laurent Berrurier est né de deux parents qui se sont rencontrés car ils cultivaient deux parcelles mitoyennes. Aujourd’hui, il produit à nouveau près de 200 légumes oubliés (le chou de Pontoise, l’asperge d’Argenteuil, le pissenlit de Montmagny, etc.), qui poussaient partout en Île-de-France avant l’urbanisation qui a détruit les terres et les cultures. Il distribue sa production principalement à des grands chefs étoilés.

23_RANKEolivierPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

23 – Olivier Ranke, élevage, polyculture Bio, Bergerie de Villarceaux, Val-d’Oise

4 mn 30, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, novembre 2018.

Olivier Ranke, ingénieur agronome de formation, a toujours voulu devenir paysan. Il a rencontré Matthieu Calame en 1994 et ils ont créé ensemble la Bergerie de Villarceaux, exploitation Bio très diversifiée, sur près de 400 hectares, avec la volonté de bien gérer l’environnement, l’humain et la terre, de produire de la qualité et de bien nourrir.

24_LEVESQUEjulienPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

24 – Julien Levesque, céréales, pommes de terre, Seine-et-Marne

4 mn 41, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, mars 2019.

Julien Levesque, après une formation de menuisier, puis un BTS agricole, a repris l’exploitation de son grand père quand il avait 24 ans. Il produit, sur les 140 hectares de la ferme dont 40 hectares en bail précaire avec l’État – avec un fort risque d’expulsion -, principalement du blé, de l’orge, du maïs et du colza. Les pommes de terre ne représentent que 3 à 5 hectares.

25_DELBOUISfxPhoto

BIENNALE / "Le goût du paysage"

24+1 – François-Xavier Delbouis, le Potager du Roi, Versailles

4 mn 16, réalisation Antoine de Roux, production Double Éléphant, novembre 2018.

François-Xavier Delbouis est d’abord arrivé au Potager du Roi comme mécanicien agricole. Mais l’histoire du jardin, créé en 1683 par Jean Baptiste La Quintinie, responsable des jardins de Louis XIV, l’a emporté et il s’est passionné pour le lieu, sa culture, son agriculture, son histoire et son évolution. Il y produit aujourd’hui du maraîchage, et principalement 180 variétés de pommes et 130 variétés de poires.

double-elephant_Mazan_Varini_antoine-de-roux-tente-nuit

DOCUMENTAIRE / ART CONTEMPORAIN

« Un cercle et mille fragments », Felice Varini à Mazan, 2017

28 mn, réalisation Antoine de Roux, production Double Eléphant/Felice Varini. Mai 2017.

En 2017, Felice Varini participe, dans le parc naturel des monts d’Ardèche, au parcours artistique du « Partage des eaux », et décide de peindre sur les ruines de l’Abbaye de Mazan une série de cercle à la feuille d’or. C’est la première fois qu’il utilise cette matière dont il espère qu’elle jouera avec la lumière, selon les heures de la journée et la météo. Ce film suit toute l’aventure, jusqu’au vernissage.

double-elephant_alexandre-chemetoff_bichat_temple_620_413

Documentaire / architecture

« Une cour parisienne, 2009/2016″, Alexandre Chemetoff

21 mn, réalisation  Antoine de Roux et Arnauld Duboys Fresney, production Double Eléphant, bureau des paysages, 2015/2016

En 2009, Alexandre Chemetoff gagne le concours pour la construction d’un immeuble à Paris, pour Paris Habitat, au coin de la rue Bichat et de la rue du Faubourg du temple. 91 logements, un parking souterrain de 95 places, une crèche de 66 berceaux et deux locaux commerciaux, le tout entourant un jardin en cœur d’îlot.
Ce film suit les dernières étapes de ce projet et met en valeur la démarche d’Alexandre Chemetoff pour qui un nouvel immeuble, par ses matériaux, son esthétique à la fois exigeante et simple, et les traces visibles partout de sa fabrication, doit nécessairement se fondre dans le quartier, son histoire, comme s’il avait toujours été là, tout en offrant confort et esthétique  et respectant une économie très contrôlée.

Que ce soit celle d’Alexandre Chemetoff, de ses collaborateurs, des différents responsables du chantier ou de Paris-Habitat, de la première locataire ou de la directrice de la crèche enfin ouverte, la parole de chacun est ici exprimée.

_ParolesDeSpectateurs1

Documentaire / Art contemporain

« Paroles de spectateurs », Felice Varini au domaine de Trevarez

8 mn 30. Réalisation Antoine de Roux, Production EPCC, Double Eléphant, 2015

L’artiste tessinois Felice Varini a été invité l’été 2015 au Domaine de Trevarez, en Bretagne, pour y proposer un travail. Il y a réalisé deux œuvres : « Zigzag sur le château » et « Ellipse de bancs rouges ». Le réalisateur Antoine de Roux a suivi l’aventure de l’installation, et a réalisé deux documentaires : « Le film » sur le travail d’installation de Varini et de son équipe, et un autre – « Paroles de spectateurs » – sur les réactions imprévues, joyeuses, impertinentes et souvent lumineuses des spectateurs surpris et en général peu au fait de l’art contemporain. L’exposition durera jusqu’en octobre 2015.

CORNELIA_NUITporteMaisonouverte

Documentaire / Art contemporain

« L’arbre et le mur », Cornelia Konrads

52 mn, Réalisation Antoine de Roux, Production Double Eléphant, Domaine du Rayol, 2015

En 2015, l’artiste allemande de land art Cornelia Konrads est l’invitée du Domaine du Rayol, un « jardin méditerranéen » planté sur la Corniche des Maures, dans le Var, à l’occasion de la deuxième édition du festival “ Land Art au coeur des Méditerranées “.
Dès 2013, elle est venue prendre contact avec ce lieu si particulier et son équipe. Après plusieurs promenades à la découverte de cet espace si saisissant, du petit matin jusqu’à la tombée du jour, bercée par le son des animaux qui ne cesse qu’à la nuit, ou du ressac de la mer, qui ne cesse jamais, elle a fait des photos, des croquis, et laissé venir les idées et les images. Elle décide finalement de réaliser deux œuvres : Le mur, et la pergola.
Antoine de Roux la filmera depuis sa première visite jusqu’à la fabrication de ses deux œuvres. Ce film retrace celle de la premiere « L’arbre et le mur », depuis les croquis, les hésitations jusqu’à la fabrication du mur, avec l’aide des jardiniers du Domaine, et de Sylvain Destre, éducateur spécialisé auprès de jeunes enfants autistes.

YONA1

Documentaire / Art contemporain

« Animal normal », Yona Friedman

48 mn. Réalisation Antoine de Roux, Caroline Cros, Production Double Eléphant/Après, janvier 2015

Ce film retrace notre rencontre, Caroline Cros et moi, avec Yona Friedman, architecte utopiste d’origine Hongroise, installé à Paris depuis 1958. Architecte, mais aussi penseur, philosophe, artiste, il nous fait partager ses points de vue sur des sujets comme la cuisine, les chiens, la religion, l’apprentissage, l’improvisation, la perception holistique, et bien d’autres sujets.
Humaniste, hédoniste, toujours très actif, sa vision du monde reste plus que jamais influente et pertinente.

felice-varini_suite-d-eclats_hangar-a-bananes_ile-de-nantes

Documentaire / Art contemporain

« Suites d’éclats », Felice Varini au Hab, île de Nantes

16 mn, Réalisation Antoine de Roux, Production Felice Varini / Doube Eléphant, août 2013

L’artiste tessinois Felice Varini expose au Hab du 28 juin au 1er Septembre 2013 une sélection des œuvres emblématiques qu’il a créées au cours de sa vie. Antoine de Roux le filme,en compagnie de David Moinard, curateur de l’exposition, qui engage avec lui une conversation simple et riche sur son œuvre et sa pensée.

HH1

RSE / Réinsertion

« Pour une épargne solidaire », Habitat & Humanisme

6 mn, Réalisation Antoine de Roux et Nathalie Monnoyeur, Production Habitat et Humanisme, 2013

L’association Habitat & Humanisme est un des pionniers de l’épargne solidaire en France, depuis plus de 25 ans. L’association finance une large part de son action grâce à des placements solidaires. Nous avons interrogé Bernard Devert, président de l’association, Yves Cambier, souscripteur, et deux résidents, Lilianne Buyssou et Jean-Marc Olive.

double-elephant-123-extrait-big

RSE / Environnement

« Reforest’Action,1 2,3 »

2 versions 8 mn / 43 s, anglais/français, Réalisation Antoine de Roux, Production Allianz 2012

En juin 2012, une action de Reforestation couplée en France, dans les Landes, et au Sénégal, a été proposée par la Direction du Développement Durable d’Allianz France à ses salariés, dans la continuité de la campagne de sensibilisation aux enjeux du changement climatique mise en œuvre dans l’entreprise dès 2011.

Ce film, destiné à lancer la campagne de reforestation, explique à la fois les enjeux du changement climatique pour un assureur comme Allianz, comment les salariés du groupe peuvent contribuer à reforester des zones sinistrées grâce à un site de reforestation en ligne et, grâce aux nombreux témoignages des partenaires en France et au Sénégal, combien ce projet est porteur d’espoirs.

double-elephant-reforestation-senegal-extrait-big

RSE / Environnement

« Plantons pour la planète, plantons au Sénégal »

2 versions 22 mn/7 mn, anglais/français.
Réalisation Antoine de Roux, Production Crédit Agricole SA, 2012

En 2011, les salariés du Crédit Agricole, accompagnés par les responsables du Développement Durable de l’entreprise, ont participé à une action collective de reforestation au Sénégal, avec l’aide et le conseil d’entreprises spécialisées. Ce film, tourné à Paris et au Sénégal, raconte cette aventure et en explique les enjeux, tant sur le plan écologique, que économique et social.

double-elephant-heliofore-extrait-big

Documentaire / Art contemporain

Samuel Rousseau, « Hélioflore »

52 mn. Réalisation Antoine de Roux, Co-production France télévisons, AACA, Double Eléphant, 2011

En septembre 2009, 3 ans après avoir été sélectionné par un jury, l’artiste plasticien Samuel Rousseau installe son œuvre sur le château d’Andlau en Alsace. Ce film raconte, étape par étape, l’histoire mouvementée de cette installation d’art contemporain. C’est à la fois le portrait d’un artiste, Samuel Rousseau, le portrait d’une oeuvre, Hélioflore, mais aussi celui d’une communauté de circonstance – faite évidemment de l’artiste et de ses équipes, mais aussi de tous les bénévoles de l’association du Château d’Andlau – qui se trouve réunie pour faire aboutir coûte que coûte, et malgré les difficultés, un projet artistique un peu iconoclaste…

double-elephant-bebete-extrait-big

Documentaire / Création musicale

Renaud Papillon Paravel, « la Bébète »

13 mn. Réalisation Antoine de Roux, Production Double Eléphant, 2011

Documentaire sur l’enregistrement du prochain CD de l’artiste. Artiste original, travaillant soigneusement ses textes, il travaille chez lui, dans sa maison à Sigean, où il vit avec ses enfants. Il reçoit ses amis musiciens et leur laisse champ libre, à partir de phrases musicales très courtes qu’il leur fait écouter. Partagés entre la perplexité que leur crée cette absence d’instructions précises, et le plaisir de créer ensemble, dans de longues séances d’improvisation, les musiciens se prennent au jeu.
Bonus dans son dernier CD

double-elephant-voyage-embrun-extrait-big

Documentaire / Handicap

« Voyage à Embrun »

2 versions 52 mn/23 mn. Réalisation Antoine de Roux, Co-production Double Eléphant / Banque de France, 2011. Sélectionné au festival Handica Apicil de juin 2011.

Au bout du voyage, un projet ambitieux : le tournage d’un film dont les principaux protagonistes auront été acteurs mais aussi auteurs, scénaristes et costumiers… Encadrés par leurs éducateurs, Joseph, Mehmet, Valentin, Valérie, Zidane… tous employés au CART (Centre d’Adaptation et de Réinsertion par le travail) de la Banque de France, nous font vivre une aventure d’une profonde humanité, où les frontières du handicap sont à peine perceptibles et où s’expriment, avec lucidité et sincérité, des doutes mais aussi des certitudes, le regard des autres, des tensions, des émotions, mais aussi des bonheurs et des rires.

double-elephant-cart-extrait-big

RSE / Handicap

« 30ème anniversaire du CART »

26 mn. Réalisation Antoine de Roux, Production Banque de France, 2010

A l’occasion du 30ème anniversaire du CART, le Centre d’adaptation et de réinsertion par le travail créé par la Banque de France et hébergé dans ses locaux, celle-ci a désiré produire un film pédagogique à usage interne, pour en expliquer les missions et les actions en faveur des personnes handicapées déficientes mentales, en vue de leur réinsertion professionnelle. Ce film, entrecoupé d’entretiens avec les principaux responsables de la Banque de France, nous propose de suivre Mehmet, Bruno, Valérie, Joseph et les autres pendant une journée de travail au sein du CART.

double-elephant-comite-medicis-extrait-big

RSE / mécénat et environnement

« Comité Médicis 2010 »

2 versions 45 mn/10 mn. Réalisation Antoine de Roux, Production Crédit Agricole/Amundi, 2010

Amundi est depuis 2003 l’un des mécènes de l’Académie de France à Rome, la Villa Médicis. Elle y organise chaque année, sous l’égide du Comité Médicis, créé à cet effet, des débats sur les grands enjeux du développement durable. Ce documentaire, réalisé lors de la réunion du Comité Médicis des 10 et 11 septembre 2010, retrace l’historique du Comité Médicis, met en avant les liens du lieu et du mécénat avec le développement durable, grâce notamment à l’action de préservation du patrimoine culturel, et illustre la réflexion sur les sujets d’actualité liés au développement durable et à la finance responsable par des extraits des débats sur le « changement climatique », thème choisi pour 2010.

SAINT-ETIENNE_Manufacture

Documentaire / Urbanisme

Saint-Étienne, la Manufacture

16 mn, Réalisation Antoine de Roux, Arnauld Duboys Fresney, Production EPA Saint-Étienne, 2010

Manufacture – Plaine Achille. Une visite de sites en chantiers, à Saint-Étienne, les 6 et 7 octobre 2010, avec Alexandre Chemetoff et Eric Bazard, directeur général adjoint de l’EPA de Saint-Étienne.

VISITES_NANTES

Documentaire / Urbanisme

Visite de l’ïle de Nantes

19 mn, Réalisation Antoine de Roux, Arnauld Duboys Fresney, Production Alexandre Chemetoff & associés, septembre 2009

Sébastien Marot et Alexandre Chemetoff se sont rencontrés en 1991, à la Société Française des Architectes, où Alexandre était venu parler à l’invitation de Sébastien. Ils aiment porter la critique sur les lieux-mêmes, là où l’architecture est en prise avec le monde réel. La visite est pour eux une manière de poursuivre le projet par d’autres moyens.
Sébastien Marot a fondé, en 1995, la revue  Le visiteur. Il est professeur à l’École d’architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée et à l’École Polytechnique Fédérale de Zurich.

VISITES_GRENOBLE

Documentaire / Urbanisme

Visite du Parc Mistral, Grenoble

23 mn, Réalisation Antoine de Roux, Arnauld Duboys Fresney, Production Alexandre Chemetoff & associés, octobre 2008

Pour Christophe Girot, être paysagiste est d’abord l’énoncé d’une question.
Christophe Girot et Alexandre Chemetoff se sont rencontrés grâce à Marc Trieb qui, à l’université de Berkeley, pensait le paysage comme une discipline ouverte au monde, à la culture, à la ville, à l’architecture.
Christophe Girot, professeur à l’École Polytechnique Fédérale de Zurich,  dresse depuis le parc Paul Mistral un panorama de l’état du paysage et tente de mettre ainsi en perspective ce projet et son rôle dans la transformation de la ville d’aujourd’hui.

VISITES_BLANQUEFORT

Documentaire / Urbanisme

Visite de Blanquefort

21 mn, Réalisation Antoine de Roux, Arnauld Duboys Fresney, Production Alexandre Chemetoff & associés, juillet 2008

Patrick Henry, après avoir achevé sa formation d’architecte, est arrivé à l’agence par intérêt pour le paysage. C’était il y a quinze ans.
Au fil du temps, Patrick Henry a participé au projet de l’agence, à son évolution, à sa constitution en atelier, dont il est devenu le principal architecte associé.
Blanquefort est, à la fois par sa situation dans la métropole bordelaise et les projets qui s’y développent, l’atelier, le lieu d’où il paraissait pertinent de parler ainsi du travail de l’agence comme le prolongement naturel de la visite. Patrick Henry est ici un « visiteur intérieur ».

VISITES_ANGOULE€ME

Documentaire / Urbanisme

Visite du Champ de Mars, Angoulème

21 mn, Réalisation Antoine de Roux, Arnauld Duboys Fresney, Production Alexandre Chemetoff & associés, avril 2008

C’est à Rennes que Michel Velly et Alexandre Chemetoff se sont croisés la première fois. Michel Velly était architecte dans la région de Saint-Brieuc, et enseignant. Il partageait avec un groupe d’architectes briochins une réflexion critique sur le rapport antagoniste entre l’architecture moderne, le contexte et l’esprit des lieux.
Aujourd’hui, il fait partager sa passion en montrant les villes et leurs transformations récentes à différents groupes de visiteurs qu’il accompagne de par le monde.

VISITES_BIEVRE

Documentaire / Urbanisme

Visite de la Vallée de la Bièvre

22 mn 42″, Réalisation Antoine de Roux, Arnauld Duboys Fresney, Production Alexandre Chemetoff & associés, décembre 2007

La complicité de Jean-Louis Cohen et Alexandre Chemetoff remonte à l’enfance. Ils habitaient non loin l’un de l’autre, sur le coteau de la Bièvre, dans le XIIIe arrondissement de Paris, où ils fréquentaient le même lycée.
Devenu architecte et historien, Jean-Louis Cohen partage son temps entre Paris et New York, où il est professeur à l’Instituts of Fine Arts. Auteur, il s’est intéressé à l’histoire de Paris et à ses limites périphériques, celles que franchit la vallée de la Bièvre.
La visite commence au Bureau des Paysages, l’atelier où travaille l’équipe réunie autour d’Alexandre Chemetoff. Conçu, par eux, sur le coteau de la Bièvre, comme un manifeste de pierres, d’acier et de bois, il est une prise de position sur un site vivant.

double-elephant-travers-les-murs-extrait-big

Documentaire / Art contemporain

Laurent Pariente, « À travers les murs »

1h 11 mn. Réalisation Antoine de Roux, Production Double Eléphant/Musée Bourdelle, 2006. Diffusion LOWAVE

Laurent Pariente installe son labyrinthe de murs en craie blanche au Musée Bourdelle à Paris. Les membres de son équipe sont soumis à une rude discipline, car la craie est une matière fragile et les exigences de Pariente sont fortes. Ses assistants, tous artistes eux-mêmes, mais ne connaissant pas tous son travail, se confrontent avec bonne volonté, mais parfois aussi une certaine fatigue, à l’exigence de l’artiste et à l’œuvre en train de naître. Collection « Artists at Work ».

double-elephant-seguin-extrait-big

Documentaire / société

« Île Seguin, Dernière visite »

11 mn. Réalisation Antoine de Roux, Production Double Eléphant, projet magazine Télérama, 2004

L’île Seguin est un lieu symbolique en France. Elle est encore entièrement recouverte par la plus grande usine Renault en France, aujourd’hui abandonnée. C’est le lieu des plus grandes luttes sociales, et du développement d’un fleuron de l’industrie française. Fernand Evanen, ancien contre-maître, y a passé 35 ans, toute sa vie professionnelle. Il y retourne pour la première fois, depuis sa désaffection, et juste avant sa destruction pour être remplacée par la Fondation Pinault, projet qui sera abandonné plus tard.

double-elephant-odeon-extrait-big

Documentaire / Art contemporain

Felice Varini, « Sept droites pour cinq triangles »

45 mn. Collection «Artists at Work». Réalisation Antoine de Roux, Production Double Eléphant, 2004. Diffusion LOWAVE

L’artiste tessinois Felice Varini envahit la place de l’Odéon, à Paris, pour y installer son œuvre faite de 7 droites et de 5 triangles rouges dans l’espace et sur les façades de la place. Les voisins s’en mêlent et parfois protestent. Les trottoirs deviennent un lieu de débat, un véritable forum animé par les passants, qui viennent nombreux chaque jour et commentent, éberlués ou enthousiastes, le travail de l’artiste.

WIM1

Documentaire / Art contemporain

« À la poursuite de Wim Delvoye »

52 mn, Réalisation Antoine de Roux, Production Double Eléphant, RTBF

J’ai demandé à Wim Delvoye, artiste belge flamboyant et paradoxal, quelle serait l’œuvre dont je pourrai filmer la réalisation sur la durée, de sa conception à sa finition.
Ce film devait donc retracer, depuis leur conception jusqu’à leur finition, la réalisation de 9 vitraux faits en radiographies de détails de corps humains, dans la vieille chapelle de Gand. La fin du tournage était prévue pour le premier trimestre 2004.

THEGATE1

Documentaire / Art contemporain

« The gate », Cornelia Konrads

40 mn, réalisation Antoine de Roux, Production Double Eléphant, 2002/2006

J’ai découvert Cornelia Konrads en 2001, à l’exposition de land art « le vent des forêts », où elle avait installé une œuvre subtile, à peine visible, quand on n’y prenait garde, et saisissante, quand on le remarquait. Nous avons décidé de filmer son installation en forêt de Sénart, pour l’exposition « SénArt en forêt » en juin 2004
Silencieuse et concentrée, Cornelia construit patiemment son œuvre tandis que les promeneurs, du dimanche ou de la semaine, joggers distraits, cavaliers héberlués, chasseurs de papillons ou habitants des bois énigmatiques, observent la progression de la construction d’abord timidement, puis avec curiosité et bonne volonté.

ARBREROUGE1

Documentaire / Art contemporain

« L’arbre rouge », Miloslav Moucha

51 mn, réalisation Antoine de Roux, production Double Eléphant, 2000

Ayant, comme beaucoup d’entre nous, une difficulté à me situer par rapport à l’art contemporain, et l’art en général, mais y étant en même temps très sensible, j’ai décidé en 1999 de commencer une collection de films documentaires sur des artistes au travail, en train de réaliser une œuvre. Artists at work. L’arbre rouge est le premier de la série.
Novembre 2000. Après avoir fréquenté les avant-gardes intellectuelles des années soixante-dix, le peintre tchèque Miloslav Moucha avait besoin de retrouver la peinture, loin du monde plastique et numérique, dans sa Bohème profonde. Travaillant tous les jours dans son atelier, au milieu des bois, Moucha se consacre désormais essentiellement à la peinture de ce qui l’entoure, refusant, délibérément toute étiquette ou style. Nous avons convenu de filmer la naissance d’un nouveau tableau, l’arbre rouge